The Human Movement Therapy

Montpellier, France

  • Instagram

© 2019 by Victoria Pollastri.

MON HISTOIRE

De la blessure à la guérison, ou comment est née ma passion pour le mouvement.

Je veux croire que les blessures, dans la vie d'un sportif, sont une des meilleures choses qui peuvent nous arriver. Elles nous apprennent à être plus attentif à la façon dont nous bougeons, à être plus consciencieux et à l'écoute de nos corps. Elles nous apprennent à mieux nous connaître. La blessure est un challenge. Elle vient aussi nous tester, nous montrer que nous pouvons être forts et surmonter l'épreuve qu'elle incarne. 

Nous ne sommes peut-être pas invincibles, mais la volonté, et la passion nous rendent sacrément féroces. 

MON PARCOURS

Sciences Po

DEUG en Sciences Politiques

Sciences Po Lille

Sociologie

DEUG en Sociologie 

Paris Diderot 7

Journalisme

1 année

en école de Journalisme

EJT Toulouse

+ Expérience professionnelle : 

Rédactrice web Men's Fitness 

Journaliste La Dépêche du Midi

Arte / Documentaire film

Sport

Sportive de Haut Niveau

BPJEPS AGFF Mention D 

Licence STAPS

Entraînement Sportif

Brevet Fédéral Force Athlétique

Brevet Fédéral Haltérophilie

Brevet Fédé. Remise en Forme

CrossFit L1

+ Nombreuses certifications privées / Séminaires :

Posturologie - Institut IP,

Neuro Therapy

StrongFit

FMA Strength

Christian Thibaudeau

Certification en Naturopathie

De Sciences Po à... la Préparation Physique & Réathétisation

On ne peut pas dire que mon chemin ait été linéaire. Et je ne pense pas qu’il le sera un jour. Curieuse de nature, j’ai plutôt virevolté à droite à gauche depuis ma jeune enfance. J’ai d’abord voulu être astrophysicienne, puis archéologue. Je me suis pris de passion pour le futur, et le passé. Sans jamais vraiment m’ancrer dans le présent. J’ai fait Science Po pour devenir Présidente, j'ai enchaîné sur une Licence de Sociologie pour comprendre l’être humain, puis j'ai voulu éveiller les consciences, en écrivant pour la presse quelqu'un temps après un passage en Ecole de Journalisme. J'ai même aidé à réaliser un film documentaire. Mais le sport m’a rattrapée.

La blessure : un nouveau départ.

J’ai atterri dans le milieu du Prehab/Rehab de part ma propre histoire.

Athlète de CrossFit à côté de mes études, j’ai commencé à souffrir de douleurs suite à un cycle de Smolov au Squat,

que je combinais à mes entraînements de CrossFit et d’Haltérophilie.

Pesant moins de 40 kg à l’époque, et cumulant 30h d’entraînement par semaine, mon corps a lâché.

Confrontée à la blessure, j’ai cherché à me faire soigner par tous les moyens.

De petites paresthésies dans la jambe, la gêne s’est transformée en perte de force & brûlures, et incapacité à marcher. Ma jambe se dérobait sous moi. J’ai tout arrêté.

J’ai virevolté de praticien en praticien, cherchant toutes les méthodes, conventionnelles ou non,

pouvant venir à bout de mes maux. Du kiné, à l’osthéo, en passant par le chiro, le rhumato, l’acupuncteur, l’étiopathe, le neurologue, le kinésio, au final l’INSEP m’a renvoyé vers des magnétiseurs admettant ne pas être en mesure de m’aider, ne comprenant pas l’origine de ma douleur.

On m’a maraboutée, ça n’a jamais fonctionné. J’ai dépensé plusieurs milliers d’euros en thérapies non remboursées. Sans compter, l’effet psychologique des échanges médicaux. Il y a toutes ces idées qu’on vous met en tête. Parfois je me dis, que certains médecins ne font pas toujours preuve d’une grande empathie. De la tumeur au cerveau, à la maladie orpheline, on m'a suggéré des pistes soft et moins soft. Je suis assez solide dans ma tête, j’ai été confrontée à des trucs pas cool. Mais à 20 ans, ce ne sont pas trop des choses qui sont sympathique à entendre.

Le plus dur dans tout ça, c’est tous les gens qui m’ont promis qu’ils allaient me soigner.

Ou qui m’ont fait espérer. A tort.

Je suis passée par toutes les phases de l’espoir, au désespoir, de la colère, à la frustration, puis à la résignation. Finalement, j’ai décidé de me soigner moi-même. J'ai abandonné mes études en journalisme, et je me suis consacrée corps et âme aux sport. J'ai intégré un Bachelor au Canada en Kinésiologie, puis un BPJEPS ici et une Licence STAPS en Entraînement Sportif. Ma rage de guérir m’a poussée à multiplier les efforts. Je me suis promis de faire mieux que le corps médical. De trouver une réponse. Je me suis mise à lire tout ce qui se faisait, en français, mais aussi en anglais, en espagnol, et en italien. J’ai cumulé les séminaires, les formations en ligne, les rencontres. J’ai multiplié les échanges en espérant tomber sur quelqu’un qui aurait été confronté à mon problème.

Mais j’avoue, que j’ai toujours gardé le mince espoir, qu’un jour, je trouverai un génie, ce genre de personnes qui vous change la vie. Je ne suis pas croyante, mais j’avais envie de croire à un miracle.

 

 

 

Ma Vision

Je refuse de penser qu’il existe une réponse à un problème. Une réalité unique. Je pense que pour évoluer, il faut être capable de reconnaître qu’on ne saura jamais tout. Et ne pas s’enfermer dans des carcans de pensée. On ne peut pas apporter la même réponse à deux individus en tout point différents, sous prétexte, qu’ils ont les mêmes douleurs. Je m’irrite quand je vois des posts sur internet de type : "Tu as des douleurs type sciatique, étire ton piriforme." Ou des "Tu as mal aux épaules, renforce ta coiffe des rotateurs."  Sans vouloir être mauvaise, c’est l’équivalent du fast-food dans le monde du rehab. C’est l’industrialisation du corps.

On veut vendre, alors on produit du contenu facile à consommer, facile à comprendre, facile à exécuter. On fait du brain washing comme à la télé. C'est le même protocole pour tout le monde. Aucune individualisation. 

"10 rotations externes à l’élastique, et t’inquiète pas ton épaule sera en béton." 

On ne prend plus le temps d'analyser, plus le temps de réfléchir, de comprendre le fonctionnement du corps, les particularités. On dissèque le corps en parties. Alors qu'il fonctionne comme une unité, comme un tout.

On oublie aussi que chaque individu a une histoire. Que la psyché est indissociable du corps.

Que le corps, comme l'esprit, a une mémoire, il se souvient.

Et que nos traumas physiques comme nos traumas psychologiques s'inscrivent en nous et modifient nos schémas de mouvement. C'est contre ce mode de pensée ultra standardisé, que je m'oppose. Contre la vision ultra-scientifique où il ne reste que peu de place à la création, à l'innovation. 

Parfois, il faut savoir aller voir ailleurs. Savoir envisager les pistes oubliées. 

S'enrichir d'autres approches. Essayer, expérimenter. 

Les plus grandes découvertes de ce monde, sont le fruit du hasard. 

Les plus grandes révolutions sont allées contre la pensée commune standardisée.

Dans le rehab aussi, il faut remettre en question les statu-quo et explorer le champ des possibles.

Mon "Pourquoi" 

Aujourd'hui, je veux aider tous les athlètes qui se sont un jour vu dire qu'il n'y avait rien à faire. Ou que c'était comme ça. Je veux aider ceux qui ont perdu espoir. Ou qui se disent que la douleur violente, finalement c'est normal. C'est le sport qui veut ça. Je veux aider tous les athlètes qui ont des douleurs chroniques, mais qui savent pas trop pourquoi. A qui on dit de faire ça ou ça, mais sans trop d'explications. Toutes les personnes à qui on dit tu as une tendinopathie, comme si ça expliquait la cause, et à qui on file 3 exos pour la coiffe, sans vraiment chercher à corriger l'origine dysfonctionnelle qui a provoqué la fameuse inflammation du tendon. Parce-qu'en soi, détecter une tendinopathie c'est pas incroyable. C'est juste un mot savant pour dire que tu as une inflammation du tendon. Mais ça je suis à peu près sûr que même quelqu'un qui a pas ouvert un livre de sa vie, sait reconnaître quand son tendon est sujet à une inflammation. Les médecins adorent utiliser des mots que personne ne comprend pour dire des choses très simples. Ça donne l'air intelligent. Mais avoir l'air intelligente je m'en ****, sinon je serai restée à Sciences Po. Je veux mieux pour toi. Et je me promets de donner le meilleur de moi-même pour t'aider.

Ce que je veux, c'est comprendre. TE comprendre, et t'apporter une solution CONCRÈTE, CIBLÉE, PERMANENTE.

Je veux te montrer que dans la vie faut jamais abandonner. 

Il y a une raison à tout. 

Ça met parfois du temps, mais quand on cherche, on finit par trouver. 

Or je suis convaincue qu'un problème que l'on comprend, est un problème que l'on peut résoudre. 

Ça prendra du temps, mais le temps récompense les patients & les passionnés.

Il suffit simplement de s'acharner intelligemment.

(Je remercie mon conjoint de me le répéter tous les matins).